Logo menu

29.10.2011

Conférence #2 de Ludovic Blanckaert

Seconde conférence donnée à la faculté d’architecture de la PCUP - Pontificia Universidad Católica del Perú à Lima. Le thème de la conférence est « Répéter et inventer ».

Abstract : « Invention versus Répétition »

Bien avant l'informatique, l’historien de l’art Aby Warburg, à travers son « atlas Mnémosyne », avait-il déjà inventé le principe des fenêtres multiples, ouvertes simultanément, nous proposant une forme nouvelle d’accès à la connaissance.

A la différence de l'archive et de l’encyclopédie, exhaustive et systématique, l’atlas de Warburg procède par choix déterminants, par montages et remontages successifs, selon des thèmes préétablis. Il se présente à nous tel un dispositif de rapprochements iconographiques révélant toute une série de résurgences, de rémanences, et de « survivances » à l’œuvre dans l’histoire de l’art.

En écho à ce dispositif, l’hypothèse de constituer quelques planches d’atlas, permettrait-elle d’identifier partiellement ce qui, dans le processus de conception de l’atelier d’architecture Béal-Blanckaert, relèverait de la répétition et/ou de l’invention ?

Chaque planche, établie principalement à partir de plans, constituerait ainsi une première tentative pour illustrer des thèmes successifs qu’entretiennent différents projets entre eux, aussi bien au niveau de la forme qu’au niveau du sens.

Dans cette perspective, le montage des images ne relèverait pas d’un artifice narratif pour unifier des phénomènes épars mais, bien au contraire, d’un outil dialectique susceptible de révéler une pensée en mouvement.

Tweeter Facebook Pinterest

18.02.2011

Conférence #1 de Ludovic Blanckaert

Première conférence dispensée dans le cadre d’un séminaire de recherches organisé par l’UCL, Université Catholique de Louvain-la-Neuve (Belgique), faculté d’architecture LOCI, et la PCUP -Pontificia Universidad Católica del Perú à Lima. Sur le thème : « système formel – habiter et projeter l’édifice ».

Abstract :

« Le plan est le générateur. Sans plan, il y a désordre, arbitraire ».

Le Corbusier - « Vers une architecture - 3ème Rappel à Messieurs les architectes » - 1923.

« Le plan est encore la seule manière que nous ayons d’évaluer l’organisme architectural comme un tout ».

Bruno Zévi - « Saper Vedere l’Archittetura » - 1957.

Dans l’hypothèse où le “système formel” relèverait d’un effort théorique, permettant de dégager un commun dénominateur à un ensemble de projets, la question du plan, par définition architecturale, y occuperait une place décisive qu’il s’agirait de questionner sans relâche.

A partir d’un choix drastique, à la fois “intuitif et raisonné”, ni systématique (encyclopédique), ni exhaustif (“archivistique”), opéré dans l'immense éventail de plans légués par l’histoire, pourrait-on imaginer une manière iconographique* de rapprochement, de classement, ou du moins, de regroupement pertinent, selon l’une ou l’autre des logiques ayant présidé à leurs mises en forme ?

Cette “intuition comparative” permettrait-elle alors de vérifier que le système formel s’en réfère à des propriétés conceptuelles qui ne dépendent ni uniquement d’un programme, d’un lieu, ou d’une conjoncture, mais bien d’une pensée en mouvement ?

* iconographe : qui rassemble les images en vue de produire un savoir.

 

Tweeter Facebook Pinterest