Réhabilitation de l'école George Sand à Lille, Lille-Fives
  • Année
    2022 - 2024
  • Lieu
    Lille, Fives
  • Client
    Ville de Lille
  • Programme
    Réhabilitation d'une école élémentaire de 6 classes et une unité périscolaire
  • Type
    concours lauréat
  • Calendrier
    2022
  • Budget
    1 700 000 € HT
  • Surface
    576 m²
  • Perspectiviste
    into perspectives
  • Performances
    EnerPHit

Nous avons croisé deux idées majeures pour la réhabilitation de l’école George Sand :
Le pragmatisme fonctionnel pour répondre au programme, l’obtention de la certification EnerPHit et l’accessibilité du bâtiment.
Le plaisir « d’habiter les lieux», pour enseigner et apprendre, autour d’une cour-jardin, îlot de fraîcheur en ville.
L’architecture que nous vous proposons associe ces deux termes indivisibles: les techniques d’une part, et la poésie des espaces d’autre part.

Le projet est éminemment urbain 
L’école s’ouvre confortablement sur la place Orion. La nouvelle entrée est vaste pour bien accueillir les flux. Elle est sécurisée, clairement détachée des logements et de la venelle. L’entrée s’intègre au projet de renouvellement urbain du quartier. Décalés sur l’angle, le hall et le bureau de direction qualifient la séquence d’accueil.
L’ouverture du pignon sud, ludique et généreuse, en forme de livre ouvert, anime la place.

Une nouvelle salle de classe est créée
De plain-pied sur la cour, elle accueille sur son toit un jardin pédagogique et un gradin qui faont office de cour haute. Le dédoublement jardin-cour n’obère pas les surfaces. Le jardin suspendu autorise de nouveaux usages et pratiques pédagogiques.

La cour jardin articule l’ensemble de l’école
La cour est végétalisée pour devenir un ilot de fraicheur.
Le mur mitoyen se métamorphose en « mur merveilleux », support de biodiversité. Des châssis existants et des portes en bois sont déposés puis remontés sur ce mur, en intégrant des miroirs et un tableau noir. Cette « installation » poétique, citation au jardin et à l’économie circulaire,  accueille une végétation spontanée et des nichoirs. Une fontaine extérieure récupère les eaux pluviales. Deux arbres au feuillage lumineux illuminent la cour.

L’intégrité des bâtiments est préservée
Tout le carme qui caractérise cette école du début XXème fait l’objet d’une grande attention.
Nous isolons par l’intérieur pour ne pas altérer les façades. Nous maintenons les grandes hauteurs sous plafond et l’entièreté des volumes des classes. Les nouveaux châssis triple vitrage sont divisés à l’identique. Le garde-corps de la coursive est conservé, doublé par une maille. Nous préservons un maximum d’éléments de qualité : cheminées, radiateurs en fonte, tablettes en marbre, parquet, escaliers, …

Les interventions contemporaines sont volontairement laissées visibles grâce à l’emploi d’un matériau distinct, le bois, qui contraste avec la brique. Pour exprimer avec soin les enjeux environnementaux, les parties neuves sont biosourcées et décarbonées. 

L’organisation est fonctionnelle
Avec une séparation franche du périscolaire (RDC ancien logement de fonction), des espaces des élèves (ancienne école) et des espaces des enseignants (R+1 logement fonction), et animateurs (R+2 logement fonction).

L’ergonomie pour les enfants guide la conception des classes
Les tablettes et les étagères, ébrasements des grandes baies vitrées, accueillent des fonctions : travail, lecture, exposition, rangements.
Des petits volets bois préservent l’intimité des classes au rez-de-chaussée sur la rue Porret.
Le registre bas des mobiliers réinterprète les lambris classiques.

Enfin, l’école atteint un haut niveau de performance énergétique

Le label EnerPHit est obtenu grâce à l’isolation renforcée et la maîtrise des ponts thermiques. Les menuiseries bois sont dotées de protections solaires efficaces et discrètes. Une ventilation double-flux est complétée d’un free-cooling. Le raccordement au réseau de chaleur urbain permet d’atteindre les températures de confort.