Ilot Breguet, Paris
  • Année
    2018
  • Lieu
    Paris (11e) rue Bréguet
  • Client
    Paris Habitat
  • Programme
    50 logements - salle de lutte - salle de danse - salle multisport - crèche
  • Type
    concours - projet lauréat
  • Calendrier
    livraison 2017
  • Budget
    12 540 000 € HT
  • Surface
    5 570 m²
  • Architecte
    Béal Blanckaert
  • Collaborateurs
    M-H Bulté, T. Lecourt, N. Kuhn, B. Hiot
  • Perspectiviste
    Fozr

Notre conception repose sur deux idées fondatrices:

Nous dessinons un parc en creux, telle une pièce urbaine paysagée, où l’architecture et le jardin s’intègrent pour former un lieu poétique. Les façades qui bordent le jardin sont conçues pour amplifier et démultiplier la présence du paysage dans la ville. Cette ambition s’incarne sous la forme de balcons filants, revêtus de bois, et dont les rives en inox démultiplient les reflets. Les inflexions légères du projet  induisent le plan en trapèze du jardin, favorisant l’ouverture grande largeur sur la rue Breguet et préservant l’intimité, petite largeur, coté villa Marcès.

Plutôt qu’une superposition des programmes, aux résolutions techniques complexes et onéreuses, nous privilégions la constitution séculaire de la ville et la rationalité économique : soit une indépendance des programmes institutionnels. La crèche et l’équipement sportif gagnent en lisibilité, tandis que les logements s’ouvrent plein sud sur le jardin, tout en se maintenant à distance des flux. Quoi de plus simple finalement ? Nous perpétuons ici la tradition classique de la ville, favorisant « la vie de quartier », simple et réaliste, en développant une architecture à échelle humaine et contemporaine.

Dans cette perspective, nous déployons plus encore de générosité en proposant à l’îlot d’être poreux, significativement ouvert, c'est-à-dire traversé par les parcours et les regards. Ceci en vue de créer une ville riche et complexe, à l’image de celles que nous aimons. Nous souhaitons que les parcours dans la ville, qui passent des grandes avenues et des places collectives jusqu’à l’intimité du logement, s’effectuent au travers d’une multiplicité d’ambiances, d’atmosphères, d’interpellations visuelles et humaines.