Centre de Ressources et de Culture Numériques , Université Paris Nanterre
  • Année
    2018
  • Lieu
    Nanterre
  • Client
    Université Paris Nanterre
  • Programme
    Centre de Ressources et de Culture Numériques (learning center)
  • Budget
    1.7 M€. HT
  • Surface
    880 m²
  • Architecte
    Béal & Blanckaert
  • Collaborateurs
    B.Hiot

Le projet de création du Centre de Ressources et de Culture Numériques de l'Université Paris Nanterre s’inscrit dans le très bel ensemble construit par l’architecte Edouard Albert.
Dans notre proposition, nous sommes restés très attentifs à ce que les qualités existantes de la halle soient tout d’abord maintenues, puis renforcées par notre nouvelle intervention.

Les qualités essentielles que nous avons souhaité maintenir sont :

- L’ordre spatial très clair, en trois travées longitudinales que rien ne doit entraver.
- La position axiale de l’escalier monumental, auquel nous proposons que réponde la nouvelle banque d’accueil, elle-même axée sur l’entrée.
- La lumière et les regards traversants, entre les façades Sud et Nord.
- L’entière lisibilité des plafonds, pour un espace unitaire, traduisant le sentiment d’appartenance collective. Aucun nouvel élément ne doit toucher et partitionner le plafond, pour maintenir la grande fluidité spatiale.

Notre projet perpétue ce contexte fort, cet « ordonnancement puissant », et toute l’intelligibilité originelle de la Halle.

Tout d’abord, les différents éléments de la construction sont révélés : les poutres des allées latérales, les deux poutres de l’allée centrale et les colonnes : les structures qui ordonnent l’espace sont ainsi peintes en blanc.
Les façades menuisées sont doublées et isolées : elles constituent deux bandeaux de bois, matériau chaleureux, qui sert l’aménité de l’ensemble.
Le cadre du projet est clairement lisible : un sol clair, une structure béton peinte en blanc, et deux façades menuisées.

Dans ce grand espace, l’escalier majestueux continue d’occuper l’espace avec solennité, tel un évènement majeur, presque « sacralisé ». L’escalier est poncé et reverni. Le tapis est déposé. Le plexiglass de la main courante également déposé et remplacé par de fines tiges d’inox qui recoupent le pas du barreaudage pour la correspondance règlementaire.
L’escalier est condamné au premier étage. Il conserve son intégrité au rdc et révèle sa présence au R+1 via une rampe qui le couvre et s’achève en assise.

L’escalier est le pivot spatial du projet. Une série d’objets singuliers lui répondent en dessinant un axe majeur central, un axe « puissant » et fédérateur : escalier – postes de travail fixes – banque d’accueil – interfaces Y – et bulle à 30 tous réalisés en bois, comme vous pouvez l’apprécier sur la perspective.

Les bulles, les tables mobiles et les places confort sont disposées dans les travées latérales.
Les places confort s’implantent le long des façades, privilégiant la vue, la lumière et le calme.
Les places attablées sont rigoureusement ordonnées côté sud, pour privilégier les vues et la pénétration de lumière ; elles offrent une variété d’organisations propices aux différents usages du CRCN : cours, conférences, réunions…
Tandis que les bulles s’implantent côté nord pour les raisons inverses : profiter de la lumière diffuse, et surtout, dans les conditions idéales pour les écrans.

Seule, la « bulle à 30 » occupe la largeur de la halle, contre un pignon. Elle crée un nouveau fond perspectif inédit à la halle en déployant ses trois travées voûtées en bois.

Les bulles sont réalisées en cloisons traditionnelles, verre, et inox. Le verre et l’inox, par les qualités de transparence et de reflets brouillent la perception de l’espace et des objets, offrant des aspects changeants. Ils font ainsi écho aux écrans, support de connaissance du CRCN.